Si l’avenir ne se subit pas : Il est de notre devoir de le construire au présent. C’est de cœur et de convictions dont nous avons besoin pour cela… Et de rien d’autre !

Publié le par Section de la Gardonnenque du PCF

 

Massanes, le 26 mars 2011

 

Si l’avenir ne se subit pas : Il est de notre devoir de le construire au présent.

C’est de cœur et de convictions dont nous avons besoin pour cela… Et de rien d’autre !

 

Ce qu'il se passe, ce qu'il se fait, ce qu'il s'écrit et ce qu'il s'affiche sans l'accord (et donc dans le dos) des candidats "Front de Gauche" dans notre canton rural de Saint Chaptes en Gardonnenque est proprement scandaleux. Cela tient de la plus grande manipulation à leur égard, discrédite notre démocratie interne et met à mal la dynamique du projet de Front de Gauche que nous avons œuvré à créer sur ce canton (pour ne parler que de celui-là…) !

 

1)      Avant analyse, voici les faits et actes constatés chronologiquement :

·        Dès l’aube du 21 mars, bon nombre d’incitations à « appeler à voter» ont été demandées à nos candidats Christine JOUVE-MUNOZ et Michel TRIBES, qui, dans un très grand respect de démocratie, ont répondu que « leurs réponses seraient issues de l’assemblée générale Front de Gauche » qui s’est tenue le soir même. Dans le même temps, et c’est tout à leur honneur, ils préparaient une lettre de remerciements à celles et ceux qui avaient choisi : « le vote de la générosité contre la haine de l’autre, celui de l’espoir contre le désespoir »… Message qui, à l’évidence était est reste sans ambigüité aucune.

·        Le soir même, une assemblée générale Front de Gauche, tenue à Saint Géniès, débattait sur le fond, et des enjeux et des conséquences politiques des résultats… Dans le même temps, cette A.G actait à l’unanimité la lettre de remerciement de ses candidats et en décidait la formulation finale (à laquelle rien n’a été rajoutée depuis) et qui se trouve en P.J du présent message…

·        Le lendemain mardi, plusieurs tentatives (pressions ?) ont eu lieu pour que nos candidats modifient leurs positions en n’appelant pas seulement à « faire barrage à l’extrême droite », mais en appelant clairement à voter Christophe CAVARD (EELV) pour des raisons qui dépassaient visiblement celles du canton… Et donc celles des enjeux du Front de Gauche et de ceux de ses électeurs.

·        Nos candidats, après avoir longuement communiqué entre eux mardi après-midi, et sans aucune pression de notre section (soucieux que nous sommes de différencier les prises de positions), ont souhaité « en rester là » de leurs prises de positions « de candidats », décidant que le papier (en P.J) serait diffusé et signifierait, à lui seul, leur contribution et leur appel à voter… Mais il semble que cela n’ait pas suffit… Et voici la suite inqualifiable de ce qu’il s’est produit pour des raisons, encore obscures, mais qui font peur :

·        Grand silence tout le mercredi (œil du cyclone ?),

·        Jeudi la presse (Midi-Libre) titre : « Canton de St Chaptes ; 1) Quinze maires soutiennent Cavard et 2) Trois candidats derrière Cavard… ». Sur le point 1), jamais Michel TRIBES, Maire de Montignargues, n’a été informé de l’appel à voter Cavard dont il était soit disant co-signataire… Sur le point 2), les phrases attribuées à la candidate Christine JOUVE-MUNOZ n’ont jamais été communiquées par celle-ci… Non pas parce qu’ils n’auraient pas, et l’un et l’autre, pu les prononcer, mais tout simplement parce qu’ils n’ont jamais été consultés par personne pour le faire… Et pour cause, s’ils l’avaient été, leurs réponses qu’ils avaient tous deux concertées, n’auraient pas été satisfaisante… Et donc, il a fallu inventer et faire dire et acter à leur place !

·        Vendredi, sur la Marseillaise, Christophe Cavard (et nous le comprenons) se targue d’avoir « une profession de foi collector »… En effet, quelle n’est pas notre surprise de voir sur cette profession de foi des propos de notre candidate Christine JOUVE-MUNOZ, propos qu’encore une fois elle n’a jamais tenus puisque c’est sciemment qu’elle n’avait pas voulu y apparaître… Mais, au-delà, y est apposée une photo de notre candidate qui, comme déjà dit, se trouve là sans consentement de sa part (puisque sans consultation… Et pour cause !), et qui (ne serait-ce que pour être du même niveau de ceux qui ont permis qu’elle figure sur ce papier) relève du non respect du droit à diffusion de l’image ; cette photo ayant été prise par nos soins, en un lieu privé, pour un matériel Front de Gauche d’avant campagne officielle et dont bien peu de membres de notre parti ont pu avoir copie apte à être transférée hors format PDF… A bon entendeur, salut !

 

2)    De telles pratiques, qui nous rappellent celles de temps bien nauséeux, sont proprement inacceptables au regard des valeurs de « transparence et de démocratie » que nous n’avons de cesse de porter et de défendre en Gardonnenque.

Mais au-delà :

  • Elles sont indignes car irrespectueuses des décisions prises unanimement (et après de profonds et sereins débat) par les camarades du Front de Gauche réunis au local de campagne de Christine JOUVE-MUNOZ et Michel TRIBES à Saint Géniès le 21 mars au soir pour décider (et sur le fond et sur la forme) de notre position à adopter en vue du second tour des élections cantonales.
  • Elles sont inadmissibles car elles souillent nos candidats en leurs faisant dire, écrire et afficher pour large diffusion électoraliste des propos, des positions et des images dont ils n’ont jamais été ni auteurs, ni en accord… Puisque tout simplement les seules fois où ils ont été sollicités, et ils l’ont été très (trop !) souvent depuis le 20 mars, ils ont refusé (malgré de multiples pressions) de paraître, ou d’apparaître en dehors du seul et unique texte qu’ils ont choisi de faire connaître par leurs propres moyens (et qui se trouve en P.J du présent message).
  • Elles sont enfin intolérables, car, au-delà des mensonges, manipulations et autres discréditations (qui semblent peu importer à ceux qui sont à la manœuvre) ; elles font fi, voire trahissent, le contenu politique des mois de campagne que nous avons menés, tout autant qu’elles sabordent le travail accompli par les camarades auprès de la population qui a voté Front de Gauche dans notre canton, population qui a été touchée par notre « manière différente de faire de la politique de conviction au plus près des citoyens, tout en gardant présente l’optique des enjeux nationaux, et ce… Au-delà, bien au-dessus et surtout clairement à l’écart des ententes et des calculs politiciens ».

 

Incontestablement, ce qu’il se passe est d’une évidente gravité !

 

En effet, ni les objectifs sociétaux que nous portons, ni la façon de les atteindre ne sont les mêmes. Pour notre part, fidèles à nos mandats de congrès, nous ambitionnons une transformation sociale et profonde de la société ; transformation qui s’appuie sur une démarche honnête et volontaire de voir se construire un projet partagé par le plus grand nombre avec pour finalité la constitution d’un front populaire majoritaire.

C’est cette dynamique qui nous pousse et que nous portons dans notre conception (visiblement non partagée) de Front de Gauche…

Or, force est de constater que ce sont d’autres manœuvres qui occupent les esprits pour une tendance, hélas encore majoritaire, de notre parti dès lors que les échéances électorales sont là.

Force est de constater que face aux « cœurs et aux convictions », c’est la machine à perdre et à trahir qui prend le dessus et reste de mise dès que c’est d’électoralisme dont il s’agit… C'est-à-dire lorsque, grâce aux « militants de base » que nous sommes, il y a espérance que le bien être de tous puisse être (petit à petit) porté par l’espoir de chacun, cet espoir est volontairement délaissé, abandonné dès que l’enjeu électif se présente ; dès que la peur de perdre un soldat l’emporte sur l’aspiration à gagner la guerre, et ce quitte à abandonner la toile du Front de résistance que nous, nous qui y croyons encore, n’avons de cesse de tisser.

A travers cette campagne, nous avons pu mesurer bien des choses, bien des aspirations, bien des réticences, bien des peurs (et y compris du « politique ») chez les citoyens, nous avons pu débattre, faire avancer des cohérences fortes, lier des enjeux profonds et créer des espérances… Nous avons su dénoncer le « rejet de l’autre », en analyser les pourquoi, nous avons su redonner de la confiance en un renouveau politique incarné par un Front de Gauche éloigné des préoccupations politiciennes…

Vous conviendrez que, les honteuses et bien basses manipulations de ce que nous sommes, de ce que nous représentons désormais qui ont osé être faites « dans le dos de nos candidats », et donc dans « notre dos » nous font bien mal… Et au-delà mettent à mal, et pour longtemps notre crédibilité, celle du Front de Gauche, et à travers cela, la perspective de changement dans la population locale.

Tiens, en écrivant cela, me vient immédiatement à l’esprit l’innommable sabordage de l’espoir dans un canton voisin, celui où je vis, celui où je vote, sabordage décidé seul et sciemment par le candidat « PCF-Front de Gauche » dont le retrait au second tour en faveur de la seule candidate (PS-Droite) restante m’écœure tant… Je veux parler de Lédignan, vous l’aurez compris !... Etonnant ces liens non ?

Ah cohérence quand tu nous tiens !

Mais, au final, discréditer celles et ceux qui y croient encore devant ceux qui veulent être et rester (ou rester pour continuer à être) n’est-ce pas là l’objectif de moins en moins bien masqué de bon nombre d’élus départementaux de notre parti ?...

Mais serait-ce aussi devenu celui de sa Direction ?

 

Thierry JOUVE

Militant communiste convaincu,

Responsable de la diffusion de la propagande des candidats Fronts de Gauche sur le canton de saint Chaptes.

 

P.S : Si je pense être un militant généreux, et membre depuis toujours et jusqu’alors du Parti Communiste Français, je suis et reste définitivement allergique aux avalages de couleuvres. En conséquence, et face au renvoi de mon propre miroir, je renonce solennellement à contribuer à trahir davantage encore celles et ceux que je rencontre et qui, comme moi, espèrent encore et sont convaincus d’une indispensable transformation sociale de la société.

Publié dans Réactions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article