Réponse à Boré

Publié le par Section de la Gardonnenque du PCF

Réponse à Boré,
 
Je viens de prendre connaissance de ton message, non content d'avoir trahi ton parti, tes camarades, tu en rajoutes, tu essayes de t'exprimer avec beaucoup de magnanimité (salaud). Tu t'es avec quelques renégats de ton espèce acoquiné avec le pire des populistes. Tu as, vous avez empêché par votre couardise, la gauche de combat, la seule a porté les vraies valeurs de transformation sociale de siéger à l'assemblée régionale. Vous avez préféré le front national au front de gauche. Je te méprise. Ensuite je te demande, s'il te reste un peu d'honneur, un peu de conscience, ce que je doute de ne pas t'exprimer au nom de ceux qui souffrent, les plus démunis, les familles les plus défavorisées.Tu n'as vraiment aucune honte, tu as vendu ton âme pour un mandat à 3000 €, suivi de quelques avantages. Pour faire une comparaison, ma compagne et moi même sommes bénéficiaires du RSA de couple soit la modique (maudite) somme de 570€ par mois. Tous les jours avec mes camarades (les vrais), nous militons pour plus de justice sociale. Nous avons pour seul leitmotiv : changer la société, dans le seul intérêt du peuple et nous venons d'être trahis par des pseudo communistes. C'est vrai, vous avez presque réussi à jeter le trouble chez certains camarades honnêtes qui ne voulaient pas voir notre parti se déchirer. Jésus a croisé Juda, le parti socialiste a eu Besson, l'histoire est jalonnée de traîtrise, nous nous avons Boré, Gayssot et les autres. Je ne te salue pas, sache que les Communistes ont la mémoire longue. Et je demande solennellement que vous soyez exclus du PCF, vous n'y avez plus votre place.
Bernard Vire


Bonjour à toutes et tous,

 Je vous remercie, chacune et chacun d’entre-vous à qui la gauche, moi-même devons cette victoire. Merci du fond du cœur pour vos encouragements dans cette bataille très difficile où le doute n’a pas manqué tant l’adversité s’est manifesté et parfois de manière extrêmement dure, blessante, menaçante. Mais pour moi, la rancune n’a aucun avenir.Reste que la très grande majorité des électrices et électeurs de gauche et souvent au-delà a su se retrouver pour donner les moyens à l’équipe Tous pour le Languedoc-Roussillon poursuive son travail en amplifiant encore une politique tournée prioritairement vers les plus démunis, les familles les plus défavorisées, les salariés, en pensant tout particulièrement à ceux en lutte comme aux salins du Midi à Perrier , à la VDL et partout dans le Gard,  tout  en relevant le défis des catégories de la populations trop souvent oubliées par le pouvoir tels les commerçants les artisans, les viticulteurs… qui ont tant besoin de soutien au moment où le chômage ne pourra se résoudre sans une mobilisation de tous les instants.  Désormais, il faut se rassembler, savoir se tendre la main pour continuer ensemble car il n’existe aucune alternative sauf à oublier l’essentiel de notre combat commun vers l’amélioration de la vie de nos concitoyens.Tel est le sens de l’appel que j’ai lancé hier soir avec mes amis et que je propose de relayer très vite. La victoire ne peut être belle que lorsque celle et ceux qui ont en commun de vouloir rassembler des gens les plus différents pour changer le monde, sont capables de rassembler leur famille, je pense évidemment  et chacun le comprendra à ma famille communiste, en respectant les différences et les femmes et les hommes tels qu’il sont. Je renouvelle cet engagement aujourd’hui pour que nous préparions ensemble l’avenir. Je ne prendrai nul autre chemin que celui là.  Avec Jacques Molle et le collectif qui m’a très efficacement entouré durant cette campagne, nous vous informerons dans la journée de la tenue d’une rencontre amicale dans les prochains jours pour fêter comme il se doit ce succès qui vous doit tant.  Je souhaitais cependant très rapidement m’adresser à chacune et chacun d’entre-vous au travers de ce bref message sans attendre. Très sincèrement à vous 
Jean Paul Boré    

Publié dans Réactions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article